Appuyez sur 'Entrée' pour rechercher ou 'Esc' pour quitter
Blog thumbnail

Le Gendarmenmarkt à Berlin

Le Gendarmenmarkt à Berlin

Blog thumbnail ,

Le Gendarmenmarkt : Une des plus belles places du centre de Berlin

Le Gendarmenmarkt est réputée être l’une des plus belles places de Berlin et témoigne de la splendeur du royaume de Prusse et des changements historiques qui secouèrent son histoire et celle de l’Europe du XVIIIème siècle jusqu’à nos jours. Une place incontournable à ne pas manquer lors de votre séjour berlinois.

« Surgissant littéralement des ruines de la Seconde Guerre mondiale, le Berlin d’aujourd’hui est un symbole du triomphe socialiste sur le sol allemand » Cette citation du secrétaire général du parti socialiste unifié (SED) de la République démocratique allemande (RDA), Erich Honecker, a été prononcée en 1984, année de l’inauguration du Konzerthaus, la salle de concert située sur la Place de l’Académie, l’actuel Gendarmenmarkt.

Cinq ans plus tard, les espoirs et les illusions d’Honecker, qui était aussi le « père » du célèbre Mur de Berlin, se heurteront à la dure réalité de la vox populi qui, visiblement ne partageait pas le même enthousiaste que celle de ses dirigeants. Le Mur tombera en 1989 comme un château de carte et les paroles du premier secrétaire du SED immortalisées alors dans une stèle commémorative le long des marches du Konzerthaus disparaîtront avec lui.

Depuis la réunification et le retour du gouvernement fédéral dans sa capitale d’origine en 1991, un « nouveau Berlin » a vu le jour dont nous voyons trente ans après le résultat. D’architecture irrégulière mêlant les époques, les styles et les matériaux, ce nouveau Berlin présente à première vue une anarchie et un désordre esthétique sans aucune unité et réelle homogénéité.

Visiter le Gendarmenmarkt aujourd’hui, c’est aussi se remémorer l’influence que la culture française exerça sur Berlin au temps des premiers rois de Prusse.

LE GENDARMENMARKT – UNE PLACE RAPPELANT LES IMMIGRÉS FRANÇAIS

Le terme de Gens d’arme, d’origine huguenote appartient au langage populaire berlinois depuis le XVIII ème siècle. Les Huguenots, Français calvinistes, avaient fui leur pays suite à la révocation de l’édit de Nantes et furent invités dans la région de Berlin à la fin du XVII ème siècle.

Située au cœur de l’ancien quartier de Friedrichstadt, le marché des Gens d’arme n’échappa pas aux destructions massives de la seconde guerre mondiale. Le visage du Gendarmenmarkt que nous avons sous les yeux aujourd’hui est le résultat d’une méticuleuse rénovation et reconstruction de ce Berlin baroque et néo-classique du XVIIIème et XIXème siècles, réalisée au temps de la RDA à partir des années quatre-vingt puis achevée après la réunification.

LES MONUMENTS DU GENDARMENMARKT – L’ÉGLISE FRANÇAISE

L’église française fut construite entre 1701 et 1705 pour accueillir les 6000 huguenots chassés de France par la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Les services religieux se déroulent jusqu’à aujourd’hui en langue française. Son maître d’œuvre est le premier roi de Prusse, Frédéric Ier qui hérita du margraviat du Brandebourg à la mort de son père, Fréderic-Guillaume, nommé « le Grand Prince-électeur » et que l’on présente volontiers comme la figure tutélaire de ce nouveau Berlin ouvert sur l’avenir quoi qu’encore enserré dans de solides fortifications à la Vauban. 

Homme de culture parlant plusieurs langues, sa politique d’immigration arracha Berlin de son statut de ville provinciale située aux confins du Nord de l’Europe pour jeter les bases de ce qui allait, deux cents ans plus tard, devenir l’une des principales métropoles d’un empire qui réalisera l’unité politique des peuples allemands. Honoré par tous ses successeurs, son fils fit réaliser par Andreas Schlüter la statue équestre que l’on peut voir dans la cour du Château de Charlottenburg.

LES MONUMENTS DU GENDARMENMARKT – L’ÉGLISE ALLEMANDE

L’église allemande fut construite entre 1701 et 1708 pour la communauté luthérienne majoritaire dans la population du Brandebourg et de sa capitale. Rappelons que les Hohenzollern se sont, depuis le XVIème siècle, convertit au calvinisme. En construisant ces églises pour les communautés réformées, les rois de Prusse n’ont cessé de poursuivre une politique favorable à la liberté de culte. L’arrivée des huguenots fut une opportunité pour équilibrer les pouvoirs entre luthériens et calvinistes. 

Elle constitua de plus un apport de mains d’œuvre considérable permettant l’introduction de nouveaux métiers et savoir-faire jusque-là inexistants dans la capitale brandebourgeoise. Ne pouvant laisser en reste la communauté luthérienne, on construisit l’église allemande dans le dessein d’apaiser les tensions religieuses qui frappèrent Berlin du temps, pas encore si lointain, de la Guerre de Trente Ans.

LES DÔMES DU GENDARMENMARKT : LES DÔMES ALLEMANDS ET FRANÇAIS

Construites de 1780 à 1785 sous l’impulsion de Frédéric le Grand, elles s’inspirent des églises jumelles de Santa Maria dei Miracoli et de Santa Maria in Monte Santo de la Piazza del Popolo à Rome. Leur édification confère à l’ensemble de la place un équilibre et une symétrie.

Le dôme français, comme le dôme allemand, n’a jamais servi d’édifice pour les cérémonies religieuses. Il présente une exposition permanente sur la vie des migrants huguenots et l’influence de la communauté française dans le développement de Berlin au cours du XVIIIème siècle.

La plate-forme du dôme français, qui culmine à 40 mètres de hauteur, est accessible par un escalier. Elle offre une remarquable vue sur le quartier de Mitte et sur son carillon qui culmine, lui, 20 mètres plus haut !

Tout aussi endommagé que son jumeau, des travaux de rénovation, d’unification intérieure de l’église allemande et de son dôme furent entrepris du temps de la RDA dans les années quatre-vingt. Le dôme allemand ouvrira en 1996 et accueille désormais une exposition permanente sur l’histoire de la démocratie allemande sous le titre Wege – Irrwege – Umwege (Chemins – Errements – Détours).

LE KONZERTHAUS DU GENDARMENMARKT

Le Konzerthaus fut reconstruit par l’un des plus brillants architectes de sa génération, Karl Friedrich Schinkel, qui réalisera en 1821 ce que beaucoup considèrent comme un chef d’œuvre d’architecture néo-classique. Il remplace le théâtre de la Comédie française construite par Frédéric II qui avait fait lui-même place à théâtre royal de langue allemande qui avait été construit 20 ans auparavant par l’architecte Carl Gotthard Langhans, le constructeur de la Porte de Brandbourg.

Chaque été, les escaliers du Konzerthaus se transforment en une magnifique scène de concerts de plein air. Sur des sièges confortables, les spectateurs sont invités à vivre un coucher de soleil en musique. Un moment inoubliable qui nous rappelle que Berlin est réputée pour la qualité de ses événements musicaux et son exceptionnelle offre musicale.

Disposant de prestigieuses salles de concerts, le quartier de Berlin-Mitte concentre à lui seul trois des plus prestigieuses salles de concert de la capitale allemande avec outre le Konzerthaus, le Staatsoper Berlin et la salle Pierre Boulez. De quoi faire rêver plus d’un mélomane averti.

LA STATUE DE SCHILLER SUR LE GENDARMENMARKT – SYMBOLE DU RENOUVEAU NATIONALISTE ALLEMAND

En 1871, l’Allemagne unifiée célébra le poète et dramaturge allemand Schiller. La statue que l’on doit au sculpteur Reinhold Begas fut érigé sur le Gendarmenmarkt pour commémorer la répression de la révolution de mars 1848 qui fut réprimée dans le sang. Le nom de Schiller Platz fut alors d’usage. Il perdura jusqu’en 1936, année de l’organisation des JO de Berlin. La place fut entièrement pavée et le régime national-socialiste profita de l’occasion pour démonter la statue à l’effigie du poète.

LE GENDARMENMARKT EST UN INCONTOURNABLE À BERLIN

Le Gendarmenmarkt fut le cœur du quartier français de Berlin depuis la fin du XVIIème siècle. Mais au fil des années, la Gendarmenmarkt et la Friedrichstadt devinrent le centre de vie de la bourgeoisie berlinoise avec une population huguenote qui s’intégrera d’autant plus rapidement qu’elle jouit des nombreux avantages économiques octroyés lors de la publication de l’édit de Potsdam en 1685. 

Dès la deuxième génération, les mariages franco-allemands se multiplièrent si bien qu’en 1785, la pasteur Formey se plaignait que « ses ouailles comprennent aussi peu les prêches en français que s’ils étaient en latin ». Lorsque Napoléon arrivera à Berlin en 1806, les huguenots lui réserveront un accueil plus que mitigé, pour ne pas dire hostile. Ils se sentent et sont prussiens de cœur et de langues !

Le Gendarmenmarkt, situé au cœur de Berlin et de son quartier Mitte, est de nos jours une place très appréciée des berlinois tant pour les événements culturels organisés par le Konzerthaus que pour son marché de Noël, l’un des plus chics de la ville. Désormais entièrement rénové, cette place de Berlin autrefois très populaire nous raconte sous sa forme la plus « éblouissante » ce que fut Berlin à l’époque des lumières jusqu’au XIXème siècle. Elle est à ce titre une étape incontournable lors de votre séjour à Berlin.

COMMENT SE RENDRE AU GENDARMENMARKT

Métro : avec les lignes U2 et U6, arrêt Berlin-Mitte.

À pied : depuis la Bebelplatz, le Checkpoint Charlie ou l’avenue Unter den Linden.

Avec notre visite guidée en français Les Incontournables de Berlin.

Avec nos visites privées de Berlin.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Valider*