Appuyez sur 'Entrée' pour rechercher ou 'Esc' pour quitter
Blog thumbnail

Le Quartier Napoléon à Berlin

Le Quartier Napoléon à Berlin

Blog thumbnail ,

Le Quartier Napoléon : l'histoire de la présence française à Berlin pendant la Guerre Froide.

Après la reddition inconditionnelle de la Wehrmacht et l’occupation alliée de Berlin, l’armée française s’est installée en août 1945 dans le  « Quartier Napoléon » qui est devenu le quartier général des Forces françaises à Berlin. Au sud du complexe, les Français ont construit le complexe résidentiel Cité Joffre. Dans le quartier Napoléon, un commandement de l’armée de l’air est basé en 1945 et construit l’aéroport de Tegel en tant que aérodrome militaire français. L’armée française se retira en 1994 du Quartier Napoléon qui est aujourd’hui la caserne Julius-Leber, la plus grande caserne de l’armée de la capitale allemande. La caserne est située directement au sud-est de l’aéroport de Tegel et est bordée par le boulevard Kurt-Schumacher et le Charles-Corcelle-Ring. Si vous voulez en savoir plus sur les autres quartiers, lisez notre article consacré aux Quartiers de Berlin.

La région était déjà utilisée militairement au 19ème siècle. En 1896, la première unité de la force aérienne régulière du monde fut établie ici avec un bataillon de dirigeables et logée dans une caserne. Après la fin de la Première Guerre mondiale, le Reich allemand se vu interdire par le Traité de Versailles le maintien des forces aériennes. À partir de 1928, la zone a été utilisée par la police et les hangars de dirigeables ont été démolis.

De 1936 à 1939, une caserne à grande échelle appartenant au régiment d’infanterie de la police nationale, le « Général Göring » de l’armée de l’air (plus tard: Parachute Panzer Division 1, Hermann Göring) a été construite sur le site. Le plan prévoyait 130 bâtiments disposés autour d’un axe central.

LA PRÉSENCE FRANÇAISE À BERLIN DANS LE QUARTIER NAPOLÉON

Au cours du temps, les Français ont construit le complexe résidentiel Cité Joffre. En 1947, le 46ème régiment d’infanterie est ajouté et en 1955 le 11ème régiment d’infanterie. Les deux unités étaient spécialisées dans le combat urbain et la défense antichar. Les autres unités françaises de la caserne étaient des pionniers, un bataillon d’approvisionnement et la gendarmerie militaire, qui assurait également le service à la frontière du secteur.

Dans cette caserne se trouvait également le siège du commandant de la ville française, qui résidait dans la villa sur le Kurt-Schumacher Damm, une demeure très représentative. Juste à côté, l’église catholique (1952-1953), intégrée au mur de la caserne et ne disposant que de fenêtres à l’intérieur. Une maison de la culture avec cinéma et hôtel a également vu le jour à cette époque (1955-1956). Le terme « L’aiglon » (jeune aigle, surnom de Napoléon II) fait encore référence à cet usage. La façade vitrée du foyer est atypique pour une caserne; l’architecture respire l’élégance des années cinquante. Depuis le retrait des français en 1994, le cinéma n’est malheureusement plus utilisé.

La Cité Joffre, actuellement près du parc des expositions central du Kurt-Schumacher-Damm était l’endroit où étaient logés les célibataires de l’armée. Entre 1953 et 1962, environ 300 appartements ont été construits dans des immeubles clairs, et encore aujourd’hui, ce lotissement verdoyant a un charme provincial de cité-jardin qui contraste avec le reste du quartier de Wedding. Pour les appelés, c’était certainement une restriction d’être loin de leurs familles restées en France, mais pour les soldats, certains privilèges, comme de pouvoir faire les achats sans TVA.

Après le retrait des troupes françaises en 1994, l’armée allemande emménage dans le complexe et la caserne du Quartier Napoléon a été rebaptisée Caserne Julius Leber – du nom d’un résistant allemand – en présence de l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt.

LE QUARTIER NAPOLÉON : UN LIEU HISTORIQUE POUR L’AVIATION

En 1896, la première unité de l’armée de l’air du monde fut installée dans la milice Jungfernheide. En 1901, une caserne fut construite à côté des hangars. Ces parties du bâtiment sont toujours clairement visibles dans l’angle Kurt-Schumacher-Damm du Charles-Corcelle-Ring. En 1909, un zeppelin survole Berlin pour la première fois et atterrit dans la caserne. Le réarmement militaire de la période nazie a transformé toute la région en une immense caserne de la Luftwaffe, conforme aux aspects les plus modernes de l’époque. Aujourd’hui, la caserne est une véritable petite ville avec plus de 100 bâtiments regroupés autour d’un stade, de gymnases, d’une piscine extérieure et d’une piscine couverte. .

Au début du blocus de Berlin, à l’été 1948, la construction de l’aéroport commença sur le site de Berlin-Tegel. Déjà le 05 novembre 1948 atterri le premier Skymaster. Le trafic aérien intensif était placé sous la direction américaine. Les avions français n’ont pas participé aux vols de ravitaillement à destination de Berlin, mais les soldats fournirent une aide logistique à Tegel. Après le blocus, la responsabilité de l’aérodrome de Tegel était alors aux mains des Français. Vous vous parlons de la période de la Guerre Froide lors de notre visite guidée en français de Berlin-Est.

Les guides de Vive Berlin Tours rencontrent souvent des hommes ayant effectué leur service militaire à Berlin dans le Quartier Napoléon. Si des vétérans veulent apporter des corrections ou des commentaires à cet article, ils sont les bienvenus. 

COMMENT SE RENDRE AU QUARTIER NAPOLÉON

En métro : U6 Kurt-Schumacher-Platz
En bus : Bus M21 Julius-Leber-Kaserne

Commentaires ( 19 )
Excellent
84%
Good
16%
Average
0%
Rather Poor
0%
Bad
0%
  • jf Lacote

    J’étais a la 11eme CLT de aout 69 a juin 70 (classe 69 1B)
    j’ai connu « le mur » le check point Charlie, la porte de Brandebourg….. tant de choses
    De bons souvenirs hélas éloignés maintenant
    J’essai de retrouver des anciens, sans succès pour l’instant

  • je suis de la classe 1 b 66 j’ai été affecté au 11 rcc dans le 2 -ème escadron ( capitaine Méric ) j’ai perdu de vu d’énorme militaire d’époque
    j ai eu de bons souvenirs malgré tout et j y pense tres souvent car le service militaire m a marqué

    bonjour a tout ceux qui me reconnaitront

    Rasseneur Maurice

  • Bonjour je suis de la classe 70-08 maître d hôtel du général Huchette de quenetin et du général Routier je ne me rappelle plus l adresse de la résidence à Tegel (BERLIN)
    Pouvez vous me la communiquer
    Merci

  • dommage que des jeunots moi de la632c je n’est jamais retrouve d »anciens pioupious mais de bon souvenirs et de aussl de moins bon comme les 15 jours de rab que je suis paye par ma faute pour les conneries que jai faites
    salut tous et bon courage a tous les copains de cette periode PHILIPPE dit BIBI

  • Il y avait aussi la 11ème compagnie de transmissions dans le camp Napoléon .
    j’y étais de septembre 1989 a fin juillet 1990.
    J’ai « vécu » le avant : visite de Berlin EST en costume F1 , le pendant , Chute du mur de Berlin et les trabans traversant les checks points et le après : concert de Pink Floyd et la victoire de l’Allemagne a la coupe du monde.
    Que de bon souvenirs !!!!

  • BJR contingent 82 04 au 46ri conducteur vab j ai patrouillé au mur plusieurs fois on observais les vopos qui faisaient comme nous  » 3 fois je suis allé a spandau garder » heiss » prison sinistre en briques rouges
    stage commando a stetten avec remise medaille du colonel de l epoque PARIS je crois
    defilé du 14juillet dure mais sacree experience

  • Je suis de la 78/04 j’etais au 46e RI dans la musique
    Je garde un très bon souvenir de cette période .
    Ce serait sympa de retrouver des personnes que j’ai connu

  • Bonjour
    Philippe Fournier,j étais MDL de la 80/06 ,au 01 escadron du 11e rch. (Juin 80 a juin 81),nous avons été libérés en manœuvres a Stetten
    Pour moi aussi, sacré expérience de garder Rudolph Hess,de participer aux manœuvres inter alliés, d avoir eu la chance de passer à Berlin Est t avec mon capitaine comme observateurs….
    Bientôt a la retraite,j ai prévu de retourner dans cette ville extraordinaire très bientôt.
    J ai rencontré des copains formidables pendant cette année de service militaire.
    Si certains se souviennent…

  •  » En 1947, le 46ème régiment d’infanterie est ajouté et en 1955 le 11ème régiment d’infanterie. »
    Plutôt le 11ème régiment de cavalerie (« 11ème chasseur »), non pas spécialisé dans la défense anti-chars mais régiment de chars.

  • Je voudrai retrouver des anciens du 46eme ri 1ere compagnie 2eme section de 67 à 68

  • une sacrée expérience pour nous jeunes appelés du contingent.. Plongés dans la guerre froide dont nous ignorions alors les enjeux.. Quelle expérience d’avoir a garder la prison de Spandau ou seul Rudolph Hess « résidait » encore. J’y suis retourné plusieurs fois depuis et j’ai eu la chance de pouvoir entrer dans la caserne actuelle ou presque rien n’a changé . J’y ai ressenti de l’émotion et de la nostalgie ..

  • Mon Marie gera Emmanuel était mdl 11regiment chasseur de juin 1988 a mai 1989

  • Emon Michel 46ème RI 2ème Cie classe 74/04
    Toujours agréable de revenir sur notre jeunesse et cette année Berlinoise , riche de découvertes et d’amitiés …

  • 11eme compagnie 1er section caporal chef Cosson grenadier voltigeur sa manque

  • J’étais au 11ème RC en tant que tireur sur AMX13, de décembre 1963 à décembre 1964… Que de bons souvenirs! J’y suis retourné en 2009 et 2013 afin de visiter toute la ville surtout l’ex-secteur est dont l’accès nous était interdit.

  • Au quartier Napoléon de début Juin 1977 à fin mai 1978 un merveilleux souvenir.

  • Bonjour jetait à la caserne napoléon 46e régiment d’infanterie musique militaire en 1967 je voudrai des nouvelles de camarades

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Valider*