Appuyez sur 'Entrée' pour rechercher ou 'Esc' pour quitter
Sachenhausen, Le camp de concentration de Berlin.

Le camp de concentration de Sachsenhausen vers Berlin

Le camp de concentration de Sachsenhausen vers Berlin

Sachenhausen, Le camp de concentration de Berlin. ,

Le Mémorial du camp de concentration de Sachsenhausen, près de Berlin : une visite plus qu’émouvante mais aussi, un incontournable pour qui veut comprendre la dictature nationale-socialiste.

La dictature nationale-socialiste allemande dirigée par Adolf Hitler est l’un des chapitres les plus noirs de l’histoire du XXe siècle.

Outre la brutalité des méthodes politiques et la cruauté systématique visant à la déshumanisation des « races inférieures », l’idéologie Nationale-Socialiste a, dès 1933, posé les jalons d’une politique nihiliste et suicidaire qui conduisit l’Allemagne et l’Europe à sa propre perte.

Visiter Berlin, ancienne capitale du Troisième Reich, est l’occasion de se remémorer ce chapitre sombre de l’histoire allemande et européenne.

Le musée et mémorial du camp de concentration de Sachsenhausen est, sans aucun doute, l’une des visites les plus poignantes pour comprendre, à travers le témoignage d’anciens détenus et les différentes expositions présentes sur le site, comment la dictature se transforma en un totalitarisme absolu, aveuglant et aveuglé par ses propres succès et les événements militaires qui dès 1943 annonçaient un effondrement imminent.

Mémorial-du-camp-de-concentration-de-Sachsenhausen

LE MÉMORIAL DE L’ANCIEN CAMP DE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN À BERLIN

Sachsenhausen est à ce titre un incontournable pour se remémorer l’avènement fulgurant de la dictature nationale-socialiste et sa dérive totalitaire depuis sa prise de pouvoir par les urnes en 1933 et son effondrement en 1945.

Le musée est accessible à tous avec ou sans guide-conférencier, pour des visites individuelles ou en petit groupe.

Si vous souhaitez programmer une visite privée en français de l’ancien camp de concentration de Sachsenhausen ou participer à l’une de nos visites guidées en français lors de votre séjour sur Berlin, les informations ci-dessous ne manqueront pas de vous intéresser.

Le camp de concentration de Sachsenhausen, construit au milieu des années 1930, est aujourd’hui l’un des plus importants témoignages de la dictature nazie dans le nord de l’Allemagne. Les soviétiques utilisèrent le camp après 1945. 60 000 détenus furent incarcérés dans le camp spécial n°7 jusqu’à sa fermeture en 1950. 12000 d’entre elles succombèrent à la sous-alimentation et aux maladies.

POURQUOI VISITER LE CAMP LE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN ?

Le mémorial de Sachsenhausen s’adresse aux chercheurs et aux passionnés de l’histoire du XXème siècle mais également à toutes celles et ceux qui souhaitent mieux comprendre le contexte historique et social de l’avènement du nazisme.

Cette visite permet d’enrichir sa réflexion mémorielle sur les événements passés. Les projets de réhabilitation du site, après la chute du mur en 1989, ont permis de remettre au premier plan les strates de l’époque du camp de concentration national-socialiste tout en préservant certains des aménagements réalisés du temps de la RDA.

La visite des bâtiments d’origine et les vestiges du camp de concentration de Sachsenhausen est, comme « garants de la mémoire », fortement préconisée pour des groupes scolaires en Berlin (de la quatrième jusqu’à la terminale). Elle est l’occasion de comprendre et de visualiser in situ le mode de fonctionnement des camps de concentration ainsi que l’instauration systématique, avant et durant la guerre, du travail forcé (Zwangsarbeit).

Attention : La visite des expositions ainsi que des témoignages disponibles sur audio-guide ne sont pas recommandés pour les enfants de moins de 12 ans.

L’HISTOIRE DU CAMP DE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN À BERLIN

Le camp de concentration d’Oranienburg (35 km au nord de Berlin) fut ouvert officieusement le 21 mars 1933 par une unité locale de la SA d’Oranienburg (Sturmabteilung) dans une ancienne brasserie du centre de la ville. Le camp de concentration de Sachsenhausen sera construit durant l’été de 1936 par des détenus de camps situés à la frontière des Pays-Bas.

Il accueillit de 1933 à 1939 les opposants au régime puis rapidement les populations que les nationaux-socialistes considéraient comme racialement ou biologiquement inférieur et enfin, à partir de 1939, les ressortissants des pays de l’Europe occupés par l’armée allemande. Plus de 200 000 personnes furent internés à Sachsenhausen entre 1936 et 1945.

Après la chute du régime nazi, de 1945 à 1950, le camp a été occupé par les troupes soviétiques qui l’utilisèrent pour stationner leurs soldats tout en y regroupant près de 60 000 prisonniers.

Le mémorial, créé au début des années 1990 dans le cadre d’un travail mémoriel, coïncida avec la réunification du pays. Dès 1961, année de la construction du Mur, le gouvernement de la République démocratique allemande (RDA) avait pris soin de se souvenir des prisonniers politiques morts à Sachsenhausen en érigeant un obélisque à leur mémoire tout en restaurant partiellement l’ensemble du site.

Le mémorial et musée actuel ont réhabilité dès la réunification les strates d’origine appartenant à l’époque du national-socialisme tout en préservant les aménagements réalisés par la RDA.

Aujourd’hui, le mémorial accueille chaque année plus de 600 000 visiteurs en provenance du monde entier.

SACHSENHAUSEN : LE CAMP DE CONCENTRATION MODÈLE DE SS

Le camp de Sachsenhausen, construit en 1936, fut conçu comme l’archétype modèle du camp de concentration idéal et a été érigé par les autorités SS (Schutzstaffel) pour en faire un « camp modèle« . Camp modèle et centre de l’instruction de la SS.

L’Inspection des camps de concentration fut transférée de Berlin à Oranienburg en 1938 à seulement quelques mètres de l’entrée du camp, signe de l’importance que les nazis accordèrent au camp de concentration de Sachsenhausen dans le système concentrationnaire national-socialiste.

L’inspection des camps fut le siège administratif central de tous les camps situés dans la sphère d’influence allemande. Elle représente un appareil administratif gigantesque, dont l’organisation bureaucratique gérait des millions de prisonniers répartis en centaines de « branches » ou « filiales » employant des milliers de gardes et de personnels selon un schéma plus ou moins organique.

Des maquettes et des photographies aériennes situées à l’entrée du Mémorial permettent de s’orienter dans les espaces et la topographie du site. On peut observer outre le bâtiment « T » siège de l’inspection, les quartiers où vivaient les gardes en formation dans le camp, le casino des officiers ainsi que les industries du IIIème Reich qui se sont développées aux alentours du camp pour bénéficier d’une manne de main d’œuvre gratuite, corvéable à merci.

CAMP DE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN : LA TOUR A

« Arbeit macht frei » (le travail rend libre) Le slogan est connu de tous. Il est inscrit noir sur blanc sur le portail de la tour A, siège administratif et porte d’entrée du camp.

Le premier plan du camp correspond à un triangle équilatéral. La tour A est située au milieu de l’un des côtés. Le poste de garde, situé dans la pièce supérieure de la tour A, offre une vue globale et panoptique sur le camp en contrebas. Mais cette vision panoptique fut toute théorique si bien qu’on construisit d’autres tour de surveillance sur le mur d’enceinte pour en parachever la perfection.

LA « PLACE D’APPEL » DU CAMP DE CONCENTRATION

L’Appellplatz ou « place d’appel », de forme semi-circulaire, se situe juste après la porte d’entrée sous le regard des surveillants de la tour A. Les prisonniers y étaient rassemblés le matin et le soir après une longue et épuisante journée de travail forcé pour être appelés et dénombrés. Lors des appels, les détenus devaient parfois rester debout durant des heures sous la pluie. A partir de 1939, les nazis s’en servirent également comme place d’exécution publique.

LES BARACKEN 38 – 39″ : LES DÉTENUS JUIFS DANS LE CAMP DE SACHSENHAUSEN ET LA VIE QUOTIDIENNE DES DÉTENUS

Les casernes ou baraques où étaient détenus les prisonniers étaient des bâtiments préfabriqués en bois. La baraque 38 et 39 se situaient dans le « kleine Lager » (petit camp). Construit en 1938, il constituait une extension du camp initiale, agrandissement rendu nécessaire par la mise en place d’une politique anti-juive dans toute l’Allemagne qui aboutit à la déportation en masse de la population juive, des Roms et des homosexuels dans les camps de concentration. Les détenus juifs du camp logèrent dans les baraques 38 et 39 jusqu’à leur déportation à Auschwitz en octobre 1942.

La reconstruction des baraques 38 et 39 (actuellement en cours de rénovation) réalisée en grande partie avec des matériaux d’origine permet de se rendre compte des conditions de vie inimaginables que subirent les centaines de personnes qui y vécurent. Parmi elles se trouvait David Wildstein à la mémoire duquel Vive Berlin Tours a dédié une pierre d’achoppement à Berlin.

LE MUSÉE DE L’ANCIENNE CUISINE DU CAMP

L’ancien site de la cuisine du camp a été aménagé en un petit musée. Y sont exposés des objets de la vie quotidienne ainsi que des photographies qui témoignent des conditions d’existence inhumaine endurées par les détenus. L’exposition relate une réalité sans commune mesure avec la propagande officielle pour qui un camp (de travail) était une simple colonie pénitentiaire. Les objets de torture utilisés pour punir ou exterminer les prisonniers (également présentés dans cette salle) sont là pour en témoigner.

LA « STATION Z » DU CAMP DE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN

C’est le nom que les SS eux-mêmes ont choisi pour la zone dédiée aux exécutions de masse des prisonniers, conséquence logique du nom donné à l’entrée du camp, la tour A.

Située à l’extérieur de l’enceinte du camp, la station Z permettait, de par son relatif isolement, l’exécution par fusillade ou pendaison de dizaine de prisonniers sans alerter ni affoler les détenus restés dans les murs.

Cette zone contenait également les tristement célèbres fours crématoires, utilisés pour éliminer les cadavres, et le complexe contenant la chambre à gaz et d’autres pièces dédiées à l’extermination des prisonniers. Les vestiges des fours crématoires et des installations de mise à mort ont été en partie préservés. Ils accueillent aujourd’hui le lieu de commémoration central pour les victimes du camp.

CONCLUSIONS

La visite du camp de concentration de Sachsenhausen constitue un moment unique et à bien des égards, une étape bouleversante lors d’un séjour sur Berlin. Une étape « incontournable » qui pourrait être aussi une visite « inoubliable » pour qui se laisserait tenter par un saut hors les murs de Berlin pour ne pas oublier les centaines de milliers de victimes assassinées dans les camps.

Situé à trente kilomètres au nord de Berlin, dans la ville brandebourgeoise d’Oranienburg, le mémorial est accessible par le réseau régional ferroviaire au moyen d’un ticket de transport public pour les zones ABC : S-Bahn ligne S1 jusqu’au terminus « Oranienburg ».

COMMENT SE RENDRE AU CAMP DE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN DEPUIS BERLIN

– En transports publics : S-Bahn ligne S1 jusqu’au terminus « Oranienburg » ;

– Avec notre visite guidée privée en français du  CAMP DE CONCENTRATION DE SACHSENHAUSEN

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Valider*