Pulsa 'Intro' para buscar o 'Esc' para salir
Blog thumbnail

La Nouvelle Garde (Neue Wache)

La Nouvelle Garde (Neue Wache)

Blog thumbnail ,

La Nouvelle Garde ou Neue Wache : un lieu symbolique à Berlin pour reconnaître l'universalité de la douleur causée par les guerres et la violence.

La Nouvelle Garde ou Neue Wache: un lieu à Berlin pour reconnaître l’universalité de la douleur causée par les guerres et la violence

La Nouvelle Garde est l’un des monuments de Berlin qu’il vaut la peine de visiter en raison de son importance et de son lien étroit avec l’histoire récente de l’Allemagne. Situé sur l’avenue Unter den Linden, il est le seul mémorial en Allemagne pour les victimes des guerres mondiales et du totalitarisme du XXe siècle.  Ici, on se souvient de millions de personnes qui sont mortes « victimes de la Guerre et de la Tyrannie ».

C’est un monument, qui ne fait aucune distinction entre civils et militaires ou entre nationalités, avec une seule exception. Le seul groupe exclu de ce mémorial sont les auteurs des violences. Ceux qui ont été activement et consciemment responsables des crimes et de la guerre n’y sont pas honorés.

L’HISTOIRE DU BÂTIMENT DE LA NOUVELLE GARDE (NEUE WACHE)

A l’origine, la Neue Wache ou Nouvelle Garde était un lieu de glorification de la soit-disant « mort héroïque ».

Ce monument, conçu par Karl-Friedrich Schinkel, un des architectes les plus importants de Berlin, est un ancien poste de garde. Il est considéré un des chefs-d’oeuvre du classicisme allemand. En 1818, lors de son inauguration, il avait pour but de rendre hommage aux Allemands qui avaient perdu la vie en combattant les troupes de Napoléon. C’est à ce moment-ci qu’on inicia un rituel militaire.

Les soldats du régiment de grenadiers de la Garde prussienne n°1 ont fait pour la première fois le 18 septembre 1818, à l’occasion de la visite du tsar Alexandre Ier à la Nouvelle Garde, un rituel de salutation. Le rituel s’est déroulé pendant 100 ans jusqu’à la fin de la monarchie en novembre 1918, et la composition du régiment de la garde changeait chaque jour.

Une citation typique de l’époque, qui nous donne une idée du sentiment national de cette période, sont les vers du poète romantique Hölderlin :

Les hérauts de la Victoire sont arrivés :

La bataille est à nous! Continuez à regarder 

haut dans la lumière, ô patrie,

et ne compte pas les morts. A cause de toi,

 plus un seul n’est tombé.

Avec le temps, l’histoire fera en sorte que la société allemande change sa position sur le sens de la guerre. Une fois de plus, l’artiste Käthe Kollwitz nous montre la voie du nouveau sentiment national :

« Mort pour la patrie » : on le dit ainsi, comme si rien de rien n’était. Quelle terrible tragédie, quel triomphe de l’enfer se cache derrière le doux masque de ces mots » K. Kollwitz

Finalement, l’oeuvre de Kollwitz finira par être au centre de ce monument.

LES SOLDATS SONT DES HÉROS OU DES VICTIMES ? ET COMMENT S’EN SOUVENIR DANS CHAQUE CAS?

En 1937, Käthe Kollwitz sculpta une émouvante pietà laïque qui est maintenant au centre de la Nouvelle Garde. La sculpture montre une femme avec son fils adulte mort et représente l’universalité de la douleur.

Kollwitz a été inspirée par la perte d’un de ses fils pendant la Première Guerre mondiale. Elle ne savait pas à l’époque qu’elle perdrait aussi un petit-fils pendant la Seconde Guerre mondiale.

Son histoire est celle d’autre millions d’Allemandes, mais aussi celle de dizaines de millions d’Européennes. Il se peut que la reconnaissance de cette égalité dans la douleur soit un premier pas vers un processus de réconciliation.

Cette sculpture offre une réponse aux questions posées. elle nous dit que la chose la plus importante dans la mort d’un soldat n’est pas le pourquoi de sa mort, mais la douleur qu’elle produit.

UNE PIETA POUR CHERCHER LA RÉCONCILIATION ?

L’œuvre a été sélectionnée en 1993 pour y être installée par Helmut Kohl, le chancelier allemand de l’époque.  C’est un choix qui rompt avec l’histoire du bâtiment, le transformant en un lieu de rejet de la guerre.

Après 45 ans où le silence et les débats se sont succédés, la société allemande des années 90 trouva finalement un langage pour faire face à ses propres morts. Après des décennies d’un rapport ambigu avec ces millions de jeunes qui sont morts au cours des deux guerres mondiales, il y avait un moyen de se souvenir d’eux. Mettre la douleur au centre de la mémoire et non l’idéologie ou la nationalité des morts a permis de rendre hommage à ces personnes.

Face à cette image, on peut penser aux quelques 100 millions d’êtres humains qui ont perdu la vie, victimes de l’époque dans laquelle ils vivaient. C’est un endroit pour penser que la douleur de l’autre n’est pas différente de la sienne.

C’est un point de notre visite en français des Incontournables de Vive Berlin, pendant laquelle nous vous ferons découvrir son architecture et transformations.

AUTRES LIEUX LIÉS À LA NOUVELLE GARDE À BERLIN

Käthe Kollwitz Museum : le travail de cette artiste berlinoise dans un musée intime qui nous emmène au Berlin d’entre guerres.

Monument au soldat soviétique dans le parc de Treptower : un monument à la glorification de la mort héroïque et en quelque sorte une antithèse de la Nouvelle Garde.

COMMENT SE RENDRE À LA NOUVELLE GARDE

Métro : arrêt Stadtmitte, ligne de métro U2.

Bus : arrêt Staatsoper, lignes de bus 100, 245 et 300.

À pied : depuis l’Île aux Musées, le Gendarmenmarkt ou la Porte de Brandebourg.

Avec notre visite BERLIN INCONTOURNABLES ou avec notre visite privée BERLIN EN UN JOUR.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valider*