Appuyez sur 'Entrée' pour rechercher ou 'Esc' pour quitter
Blog thumbnail

Le Château de Charlottenbourg – le plus grand palais de Berlin

Le Château de Charlottenbourg – le plus grand palais de Berlin

Blog thumbnail ,

Le Château de Charlottenbourg, l'un des lieux les plus enchanteurs de Berlin.

L’un des plus beaux endroits à visiter à Berlin est le Château de Charlottenbourg. Situé au nord-ouest du centre-ville, le palais est un splendide exemple d’architecture baroque du XVIIe siècle.

Ses jardins s’étendent sur 55 hectares et valent vraiment le coup d’œil : ils combinent des éléments de jardin baroque, rococo et romantique.

UN PALAIS COMME SYMBOLE D’UNE NOUVELLE ÈRE

La construction du château de Charlottenbourg a commencé à la fin du XVIIe siècle, à une époque où la Prusse commençait à prendre forme. Ce sont les années où la marche de Brandebourg dans le Saint-Empire romain germanique est devenu un royaume lors de la transformation du duché de Prusse en royaume. L’un des symboles de cette transformation a été la construction du château de Charlottenbourg.

Frédéric Ier de Prusse – le premier roi en Prusse – a décidé de construire une nouvelle résidence à l’extérieur de sa capitale, Berlin, pour montrer ses aspirations de grandeur.

Cependant, c’est le petit-fils de Frédéric, Frédéric II le Grand, qui a fait de la Prusse une puissance redoutée dans toute l’Europe et grâce à lui, Berlin est enfin sortie de l’ombre de l’histoire.

Frédéric le Grand a résidé au château de Charlottenbourg et y a régné pendant ses premières années sur le trône, du moins jusqu’à la construction du château de Sanssouci à Potsdam.

LA REINE LOUISE, LE CŒUR D’UN ROI ET LE PREMIER EMPEREUR

Une autre figure importante de la monarchie prussienne qui a vécu à Charlottenbourg fut la reine Louise, épouse de Frédéric-Guillaume III et adversaire acharnée de Napoléon.

Elle est née avant que l’idée d’unifier l’Allemagne sous un seul drapeau ne fasse de nombreux adeptes, et c’est pour cette raison qu’elle est devenue l’un des symboles du nationalisme allemand.

Son fils, l’empereur Guillaume Ier, est devenu le premier empereur allemand, alimentant le mythe de sa mère comme incarnation de toutes les vertus prussiennes.

Louise était un personnage très populaire et certains historiens l’ont comparée à Lady Diana d’Angleterre. Le touchant mausolée de la reine Louise, construit à la demande de son mari, peut être visité dans le parc du château de Charlottenbourg.

Dans le mausolée reposent aussi :

  • son mari, Frédéric-Guillaume III de Prusse, appelé le Pieux ;
  • Son fils Frédéric-Guillaume IV, appelé le Romantique ;
  • les restes de son autre fils, l’empereur Guillaume Ier ;
  • Augusta, impératrice et épouse de l’empereur Guillaume Ier ;
  • Le prince Albert de Prusse, le cinquième fils de la reine Louise ;
  • Auguste, la deuxième épouse de Frédéric-Guillaume III.

Le palais a cessé d’être utilisé par la famille royale à la fin du XIXe siècle. Les bombes de la Seconde Guerre mondiale ont détruit 60 % du bâtiment, mais heureusement, une grande partie du mobilier et des peintures ont été sauvés dans les bunkers et les sous-sols.

Dans les premiers mois qui ont suivi la fin de la guerre, les Berlinois ont saccagé les ruines à la recherche de matériaux pour chauffer leurs maisons. Près de 250 ans après l’inauguration du palais comme symbole de l’aspiration de la Prusse à la grandeur, Charlottenbourg est devenu un exemple indubitable de la défaite totale de cette ambition.

Lorsque nous nous trouvons devant le palais aujourd’hui, il est difficile d’imaginer que ce que nous admirons n’a même pas 100 ans. Des photographies de la fin des années 1940 et du début des années 1950 le confirment : l’imposant bâtiment actuel n’a que quelques décennies.

Le palais de Charlottenbourg a été sévèrement touché, tout comme le château de Berlin sur l’île aux musées, par les bombardements alliés pendant la guerre. Après la guerre, la reconstruction des bâtiments historiques n’était pas une priorité : il fallait donner un toit à des millions d’Allemands qui avaient tout perdu.

Les deux bâtiments en ruine représentaient une époque révolue. La monarchie était tombée en 1918. L’Allemagne, administrée par les Soviétiques, les Américains, les Britanniques et les Français, doit regarder vers l’avenir. Le fait que le château de Charlottenbourg fut reconstruit est un petit miracle.

RECONSTRUIRE UN SYMBOLE DU MILITARISME ET DU NATIONALISME IMPÉRIAL ?

En 1945, Hans Scharoun – l’architecte qui, des années plus tard, allait concevoir le célèbre Philharmonique de Berlin – est devenu inspecteur des bâtiments de la municipalité de Berlin et a demandé aux autorités alliées de tenter de sauver les bâtiments de la ville.

Sa seule alliée était la directrice de la fondation responsable des bâtiments prussiens à Berlin, Margarete Kuehn, mais tous deux ont reçu cette réponse officielle des autorités alliées : « Il ne nous appartient pas de sauver des bâtiments qui ne sont que l’expression de l’impérialisme prussien ».

Les commandants des quatre puissances partagent ce point de vue et le souvenir de la Prusse n’est pas souhaitable dans l’immédiat après-guerre. En 1947, les Alliés ont notamment décrété la dissolution définitive de la Prusse, qui avait émergé au XVIe siècle et s’était ensuite imposée comme une puissance continentale. L’argument était le suivant : « L’État de Prusse, (…) a toujours été le vecteur du militarisme et du conservatisme en Allemagne ».

UN MIRACLE DE LA GUERRE FROIDE : LA RECONSTRUCTION DU PALAIS

C’est la division de la ville qui a permis de sauver le château de Charlottenbourg. En 1948, Berlin a été divisée en deux municipalités aux idéologies différentes. Le château de Berlin est situé dans la zone sous contrôle soviétique, tandis que le château de Charlottenbourg est dans la zone britannique.

Le gouvernement de Berlin-Est a décidé en 1950 de faire sauter les ruines du palais royal avec des charges de dynamite. C’était une action conforme à la perception qu’ils avaient jusqu’alors partagée avec leurs alliés occidentaux.

Les temps, cependant, changeaient. Pour l’Occident, il ne s’agissait soudain plus d’effacer les traces de l’impérialisme prussien, mais de se différencier de l’impérialisme stalinien soviétique.

À Berlin-Ouest, il a donc été décidé d’être plus respectueux du patrimoine architectural et le processus de préservation des ruines du château de Charlottenbourg a commencé, ce qui a conduit plus tard à sa reconstruction.

Les Américains, les Britanniques et les Français ne voyaient plus Charlottenbourg comme le symbole d’un royaume ennemi, mais comme une occasion de prouver qu’ils étaient meilleurs que les Soviétiques. Ainsi, la guerre froide et l’histoire du Mur de Berlin ont permis au rococo prussien de retrouver l’un de ses joyaux.

LA RECONSTRUCTION DE CHARLOTTENBOURG

« Voir le bâtiment en ruines n’était pas décourageant, car j’avais toujours devant moi l’aspect intact d’hier et donc aussi l’aspect restauré de demain. » Margaret Kuehn.

Entre 1943 et 1945, plus de 1 700 bâtiments historiques ont été systématiquement photographiés sur ordre d’Adolf Hitler. Ce demi-million de diapositives a permis de sauvegarder pour les générations futures des images du patrimoine qui auraient été perdues pendant la guerre.

Parmi ces photographies figuraient également 400 clichés du château de Charlottenbourg.
La reconstruction ne s’est pas limitée à la rénovation des façades, mais a également concerné de nombreux espaces intérieurs.

Une grande partie du mobilier et des peintures ont réintégré les salles du palais et aujourd’hui, vous pouvez vous promener dans ses couloirs avec le sentiment que rien n’a été perdu.

VISITE DU CHÂTEAU DE CHARLOTTENBOURG AUJOURD’HUI

Il y a au moins 36 palais à Berlin et environs, grands et petits. Certains, comme le château de ville sur l’île aux musées, ne sont que des façades qui rappellent ce qu’ils représentaient autrefois ; d’autres, comme ceux de Koepenick ou de Glienicke, sont situés loin du centre. Le château de Charlottenbourg, quant à lui, est situé au centre ville et est un bâtiment qui nous permet de revivre les XVIIIe et XIXe siècles.

Le château de Charlottenburg est composé de l’ancien château, partie construite par Frédéric Ier et de la nouvelle aile,  une extension du vieux château construite sous Frédéric II.  Les salles de réception représentatives constituent le point culminant de la construction : la salle blanche et la splendide galerie dorée font partie des plus belles créations rococo d’Europe.

En outre, deux appartements séparés ont été construits pour le roi musicien. Ces pièces abritent aujourd’hui l’une des plus grandes collections de peinture française du 18e siècle hors de France, dont des chefs-d’œuvre d’Antoine Watteau.

Le Mausolée est dans le parc du château, ainsi que le Nouveau Pavillon, où une exposition est consacrée à l’œuvre polyvalente de Schinkel – en tant qu’architecte, peintre et créateur d’objets artisanaux – et à la création artistique berlinoise de son époque.

Il vaut la peine de le visiter tant à l’extérieur, pour admirer sa façade et ses beaux jardins, qu’à l’intérieur pour découvrir ses somptueuses pièces.

Si l’entrée des jardins est gratuite, le palais abrite un musée payant.
En outre, il existe autour du palais deux importants musées de peinture berlinois qu’il serait dommage de manquer :

Musée Berggruen : collection exceptionnelle de Picasso, Giacometti, Klee et autres classiques modernes ;

Musée Scharf-Gestenberg : avec des œuvres de Goya, Magritte ou Dalí et le monde du surréalisme.

COMMENT ARRIVER AU CHÂTEAU DE CHARLOTTENBOURG

  • En métro : lignes U2 station Sophie Charlotte Platz et U7 station Richard Wagner Platz (dans les deux cas, il faut marcher plus d’un kilomètre).
  • En bus : ligne M45, arrêt Schloss Charlottenbourg.
  • Avec nos Visites Privées de Berlin.
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Valider*