Pulsa 'Intro' para buscar o 'Esc' para salir
Le Mur de Berlin

Le Mur de Berlin

Le Mur de Berlin

Le Mur de Berlin ,

Le Mur de Berlin – le symbole de la Guerre Froide à Berlin.

Le Mur de Berlin est entré dans l’histoire comme un symbole de la Guerre Froide et de la division de l’Allemagne. Il a été construit au début des années 1960 pour stopper la fuite de réfugiés de l’Est vers l’Ouest. Le 9 novembre 1989, cette construction, la plus détestée en Allemagne, est partiellement détruite et les frontières s’ouvriront.

L’HISTOIRE DU MUR DE BERLIN

Le 15 juin 1961 encore, Walter Ulbricht, secrétaire général du Parti Socialiste Unifié (SED) de la RDA, avait déclaré lors d’une conférence de presse: « Personne n’a l’intention de construire un mur ». En fait, depuis 1958, le SED était favorable à une solution prévoyant la fermeture complète de Berlin-Ouest par la RDA sous le titre « Opération Grande Muraille de Chine« . Cela devrait empêcher un effondrement de la RDA. Lorsque cette idée est devenue réalité dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le terme « Rideau de fer », inventé par Winston Churchill en 1945, pris une forme concrète au cœur de Berlin.

Depuis 1952, les dirigeants de la République Démocratique Allemande (RDA) avaient bouclé la zone d’occupation soviétique à l’ouest. La zone frontalière entre les deux Allemagnes comprenait une zone d’exclusion de plusieurs kilomètres et atteignait près de 1400 kilomètres de la Bavière à la mer Baltique. Elle divisait les agglomérations et les paysages, découpait les routes et les lignes de chemin de fer et façonnait la vie de millions de personnes.

Pour les déplacements entre la République fédérale, la RDA et Berlin, seuls quelques passages étaient ouverts. Dans Berlin et autour de la ville, 200 rues avaient été bouclées et les connexions téléphoniques coupées dans la partie ouest de la ville. Néanmoins, Berlin était toujours une échappatoire pour les réfugiés téméraires. Cette situation cessera à la construction du Mur.

Le Mur de Berlin

A QUOI RESSEMBLAIT LE MUR DE BERLIN ?

Le Mur de Berlin, d’une longueur totale de 156 km, se compose de plusieurs phases d’extension et d’une bande de mort – le fameux No Man’s Land – allant de 15 à plus de 150 mètres de large avec un mur arrière de deux à trois mètres de haut. A une courte distance suit une « barrière de signalisation » de deux mètres de haut – une clôture en barbelés. Parallèlement à la barrière de signalisation, une piste pour chiens est installée à certains endroits. Suit ensuite la section où se trouvent des tours d’observation et des bunkers. Un chemin de ronde illuminé plonge la bande de la mort dans une lumière vive la nuit. Le dernier obstacle vers l’Ouest est un mur de béton de 3,50 à 4,00 mètres de haut et de 10 centimètres d’épaisseur avec un support de tuyau.

LA CONSTRUCTION DU MUR EN 1961

En juin 1961, Walter Ulbricht déclara publiquement: « Personne n’a l’intention de construire un mur! » Au même moment, le chef du Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED) envisageait depuis longtemps de séparer Berlin-Est de l’ouest de la ville. Toutefois, l’approbation de Moscou n’est arrivée qu’au début du mois d’août.

Dans la nuit du 12 au 13 août, la police du peuple, l’armée nationale (NVA) a bloqué la frontière du secteur à travers Berlin avec des barbelés et des murs en pierre.

Au cours des jours et des mois qui ont suivi, un mur de 46 km de long a été construit entre Berlin-Est et Berlin-Ouest et a finalement contourné les fortifications de Berlin-Ouest sur une distance totale de 155 kilomètres. La population ne pouvait plus se déplacer d’une partie de la ville à l’autre.

Au cours du temps, différents points de passages furent ouverts, pour permettre aux visiteurs occidentaux de visiter pour quelques heures Berlin-Est. Certains passages ne pouvaient être utilisés que par les berlinois, d’autres pour les Allemands de l’Ouest et enfin quelques uns pour les étrangers, comme le fameux Checkpoint Charlie.

LE 9 NOVEMBRE 1989 ET LA CHUTE DU MUR DE BERLIN

La stabilité politique et économique espérée par les dirigeants de la RDA ,notamment avec la fermeture des frontières, s’est effondrée à la fin des années 1980.

À Moscou, Mikaël Gorbatchev est arrivé au pouvoir et a tenté de moderniser l’appareil d’État et le Gouvernement. Sous les slogans « Glasnost » – transparence et « Perestroika » – transformation, il a réformé l’Union soviétique et donc l’ensemble des pays de l’Est.

Les dirigeants de la RDA ont perdu le soutien de l’Union Soviétique de Gorbatchev. Dans toutes les grandes villes, les Allemands de l’Est ont protesté pour leur liberté. Une vague d’évasion par la Hongrie et la Tchécoslovaquie a aggravé la situation.

LA FIN DU RÉGIME DE LA RDA

Le 18 octobre 1989, le Comité central du SED a suspendu le président du Conseil d’État, Erich Honecker et des réformateurs arrivèrent au pouvoir. Néanmoins, l’ouverture de la frontière, le soir du 9 novembre 1989, fut une surprise pour tout le monde. Le Mur est tombé. Le « retournement » était imparable. Des milliers de personnes ont traversé la frontière ce soir-là et ont célébré le « miracle de Berlin« .

Aujourd’hui, les traces du Mur ont largement disparu du paysage urbain de Berlin.  À Berlin même, nous ne pouvons voir que 1,5 kilomètre de restes de mur, le reste a été vendu dans le monde entier. Une rangée de pavés à travers le centre de Berlin rappellent le tracé antérieur du mur. Les guides de Vive Berlin organisent plusieurs fois par semaine des visites guidées en français sur l’histoire du Mur de Berlin

Le mémorial du mur de Berlin

COMMENT SE RAPPELER ET OBSERVER L’HISTOIRE DU MUR DE BERLIN

Sur les 155 kilomètres du mur de Berlin, il reste aujourd’hui 1,5  km. En 1990 déjà, avant la réunification de l’Allemagne, le gouvernement de la RDA avait décidé de détruire le mur. Rapidement, la « bande de la mort » commençait à être conquise par les Berlinois et à devenir une partie intégrante de la ville. Les vestiges du Mur de Berlin sont un point incontournable si vous visitez Berlin

Aujourd’hui, il y a très peu de fragments du Mur de Berlin et des installations de cette frontière qui sont conservés. Les plus importants sont:

– La partie du Mur au niveau de la Topographie de la Terreur: situé dans la Niederkirchnerstrasse, très près de notre point de rendez-vous.

– La East Side Gallery: le plus long fragment, de 1,3 kilomètre du Mur de Berlin conservant les graffitis les plus célèbres.

– Le mémorial du mur de la Bernauer Strasse: une reconstruction à la place d’origine.

– Le Parlement des Arbres: très proche du Reichstag.

À l’exception du premier fragment « adopté » par la fondation en charge de la Topographie de la Terreur, tous les autres fragments sont en charge d’une fondation dédiée à la préservation de la mémoire en relation avec l’histoire du mur de Berlin et à cet aspect de la répression en République Démocratique Allemande.

Le fragment de la Niederkirchnerstrasse est le seul qui se trouve à la place d’origine dans l’état dans lequel les gens l’ont laissé après l’ouverture de la frontière. Dans cette partie du mur de Berlin, on peut imaginer la colère contre ce bâtiment et l’euphorie lorsqu’il tomba.

La East Side Gallery est le fragment le plus populaire. La raison en est les plus de 100 peintures qui le décorent et qui ont été peintes l’année de la réunification. Ce morceau du Mur de Berlin est parallèle à la rivière Spree et des milliers de visiteurs le complètent. Le graffiti le plus connu est celui qui montre le baiser entre Leonidas Breschnew et Erich Honecker.

Le Mémorial de la Bernauer Strasse est l’endroit central pour commémorer le Mur. Dans ce qui était la bande de la mort, des expositions ont été installées, des fuites ont été documentées et il y la possibilité de visiter un centre de documentation.

C’est l’un des points essentiels de notre VISITE GUIDEE DE BERLIN-EST ET DU MUR DE BERLIN. 

Enfin, le parlement des arbres est l’œuvre d’un artiste berlinois qui a voulu transformer ce symbole de la mort, de la douleur et de la séparation en un espace dédié à la paix et à la liberté. C’est une installation artistique qui comprend, outre les fragments du mur, d’autres éléments de l’appareil frontière.

En plus du mur lui-même, il y a quelques tours de guet:

Tour de surveillance de la Potsdamer Platz: La seule tour de surveillance en béton de la première génération est cachée entre deux bâtiments neufs. Il est géré par une initiative privée et il est possible de le visiter moyennant un droit d’entrée.

– Tour de surveillance de Pushkinallee: Située à la frontière entre les quartiers de Kreuzberg et de Treptow, tout près du monument aux soldats soviétiques, cette tour de 1963 est située aujourd’hui et est gérée par une initiative privée (il y a parfois des expositions)

– Tour de guet Kieler Str: Cette tour a été administrée pendant des années par le frère du premier homme tué sur le Mur de Berlin.

Le Checkpoint Charlie est une reconstruction du point de passage entre les secteurs américains et soviétiques entre les quartiers de Kreuzberg et Mitte sur la Friedrichstrasse. Entre restaurants de fast-food, attractions chères et magasins de souvenirs, ce n’est pas un lieu très apprécié des berlinois.

OÙ VOIR LE MUR DE BERLIN

En visitant la East-side-Gallery

Métro :  U1 ou U3 Warschauerstr. 

Tram : Tram M10 Warschauerstr.

Train : S-Ostbahnhof ou Warschauerstr.

Avec notre visite guidée en français de BERLIN-EST ET LE MUR DE BERLIN.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valider*