Appuyez sur 'Entrée' pour rechercher ou 'Esc' pour quitter
Blog thumbnail

L’Église du Souvenir de Berlin

L’Église du Souvenir de Berlin

Blog thumbnail ,

L’Église du Souvenir (Kaiser Wilhelm Gedächtnisskirche) : "Se relever des ruines et regarder vers l'avenir"

Une église en ruine au milieu d’un carrefour animé et flanquée de bâtiments gris. Le contraste ne pourrait pas être plus prenant dans le cœur du quartier de Charlottenburg, où les grandes enseignes du shopping globalisé s’alignent le long de larges trottoirs à Berlin.

L’Église du Souvenir de l’empereur Guillaume Ier (Kaiser Wilhelm Gedächtniskirche) est l’un des lieux incontournables de Berlin à découvrir lors d’une visite guidée à Berlin – et en français.

LE POUDRIER, LE ROUGE À LÈVRES ET LA DENT CREUSE

L’un des  » talents  » des guides touristiques du monde entier est de créer et de populariser des légendes urbaines. Une spécialité de certains guides et journalistes locaux est d’attribuer aux Berlinois la tendance à donner des surnoms à leurs bâtiments.
L’église a été construite à l’origine dans les années 1890 et détruite lors d’un bombardement britannique en 1943. Dans les années 1950, la ruine du clocher a été consolidée et une nouvelle église, une chapelle et un clocher on été conçus. La nouvelle église et la ruine furent le symbole le plus important de Berlin-Ouest pendant la Guerre Froide.

UN PAYS DE 20 ANS PLEIN D’OPTIMISME – BERLIN À LA PÉRIODE DE L’EMPIRE ALLEMAND

Dans les années 1890, l’Allemagne connaissait une vague de nationalisme. Le pays était sur le point de célébrer les 20 ans de sa fondation. L’économie était en pleine croissance et l’empereur Guillaume II voulait faire de Berlin la ville la plus importante du monde.

Mais il n’y a pas que Berlin qui a été la proie du désir de progrès, d’embellissement et d’un peu de fanfaronnade. La ville voisine de Charlottenburg ne devait pas non plus être laissée pour compte. En conséquence, dans le cadre du programme de rénovation urbaine, il a été décidé de construire un temple d’une beauté exceptionnelle. Une zone récemment aménagée a été choisie à cet effet. La zone était appelée « le nouvel Ouest » et entourait le légendaire zoo de Berlin.

Le Kaiser et la fière bourgeoisie de cette ville d’industriels et de commerçants décidèrent de financer un bâtiment qui aurait pour mission de commémorer Guillaume Ier.

UNE ÉGLISE POUR METTRE EN VALEUR LES RICHESSES ET HONORER UN ROI

A l’époque, la « Kaiser Willhem Gedächniskirche » était la plus haute église de la ville et certainement l’une des plus richement décorées.

Plus de 2000 mètres carrés de mosaïques inspirées de l’art byzantin l’ornaient. Son extérieur était de style néo-roman et son clocher mesurait 113 m de haut. Autour, c’était l’un des quartiers les plus élégants et les plus modernes de l’époque.

La Gedächtniskirche faisait l’envie des Berlinois. Ils ont vu comment, dans la ville voisine de Charlottenburg, une église digne d’une capitale avait été construite. Pour les citoyens de Charlottenburg, l’Église du Souvenir était pour la même raison une source de fierté. Mais cet enthousiasme et cette fierté ne dureront pas longtemps.

Les ambitions du Kaiser et sa petite fortune en matière de politique internationale conduiront l’Allemagne à la Première Guerre mondiale. De là, à la Seconde Guerre mondiale, il n’y a pas eu de temps à perdre. Dans les années 1940, Berlin et ce qui était l’un de ses quartiers depuis 1924, Charlottenburg, seront détruits.

LES BOMBES DE NOVEMBRE 1943 : LA RUINE

Berlin avait été relativement à l’abri des bombardements dans les premières années de la guerre. L’Ouest allemand, en particulier la région industrielle de la Ruhr, avait été la zone la plus fortement attaquée.

En 1943, les choses ont changé et Berlin a commencé à subir des attaques plus fréquentes et plus lourdes. En novembre 1943, ce fut au tour de l’Église du Souvenir de brûler. Lors d’un bombardement britannique, elle a pris feu et, à la suite de cet incendie, la tour et le toit sont tombés. La fierté du quartier devint un tas de pierres.

Les autorités nazies ont promis de reconstruire la magnifique église qui n’avait même pas 50 ans. Nous ne savons pas s’ils l’ont dit de bonne foi ou juste pour faire de la propagande. Ce que nous savons, c’est qu’ils n’ont pas pu tenir leur parole.

Ceux qui leur ont succédé, d’abord les Alliés puis le gouvernement de Berlin-Ouest, ont prévu de reconstruire l’église mais l’ont abandonnée parce que, entre autres choses, elle incarnait comme peu d’autres symboles le patriotisme et l’inimitié envers la France qui avait apporté tant de souffrance au pays.

Pendant des années, ils ont discuté de ce qu’il fallait faire dans cet espace et au début, ils ont décidé de construire une église complètement nouvelle. La nouvelle église ne ferait pas référence au bâtiment détruit.

LA NOUVELLE ÉGLISE : COMMENT REGARDER VERS L’AVENIR ET NE PAS OUBLIER

Le concours d’architecture a été remporté par Egon Eiermann qui a décidé de collaborer avec un artiste français, Gabriel Loire, pour réaliser les vitraux du nouveau bâtiment. Mais les partisans de l’idée de préserver le bâtiment d’origine se sont battus pour se faire entendre ; un journaliste a proposé une solution intermédiaire, qui a finalement prévalu.

L’église d’Eiermann a été construite, mais la tour principale en ruine du bâtiment original a été laissée debout pour devenir un avertissement aux générations futures sur les dangers et les horreurs de la guerre.

La nouvelle église se compose aujourd’hui de quatre bâtiments distincts. L’un est le clocher, un autre la chapelle, un autre la ruine qui abrite un lieu de réflexion et une exposition sur l’histoire du temple et enfin l’octogone qui abrite l’église elle-même.

En entrant dans la nouvelle église, vous pouvez voir le travail du verre de Gabriel Loire et vous immerger dans une lumière bleue. En plus de l’effet optique, on peut voir la figure du Christ. C’est un Christ ressuscité, avec les traits d’un vieil homme et construit avec un matériau qui servait autrefois à fabriquer des balles des fusils. Vous pourrez y voir l’image de la Madone de Stalingrad, un dessin au fusain représentant la Vierge Marie tenant l’enfant Jésus. L’auteur, le médecin et pasteur protestant Kurt Reuber, l’a réalisée en décembre 1942 lors de la bataille de Stalingrad.

LA RUINE DE L’ÉGLISE : PRESQUE UNE SCULPTURE POUR SE SOUVENIR DE LA GUERRE

La ruine de l’église originale est celle qui, à première vue, attire le plus l’attention dans l’ensemble. La tour qui faisait 113m n’en fait plus que 71 aujourd’hui, mais elle domine toujours l’ensemble. Il ne reste qu’un fragment de son imposant intérieur.

La mosaïque avec les portraits des membres de la famille impériale et de leurs ancêtres qui orne le plafond de la salle est la seule chose des 2000m2 de mosaïques d’origine.

L’espace est également décoré de reliefs en marbre montrant des scènes de la vie de l’empereur honoré par la construction et sur le sol une belle figure de l’archange Michel vainqueur d’un dragon.

Tout cela n’a été restauré que dans les années 80 pour le 750ème anniversaire de Berlin. C’est depuis lors que l’on peut entrer dans ce qui fut jadis l’église la plus riche de Charlottenburg.

Dans cette région, les gens prient régulièrement pour la paix dans le monde. Cela se fait devant la figure du Christ de l’autel original, une croix orthodoxe et une croix de Coventry.

COMMENT SE RENDRE À L’ÉGLISE DU SOUVENIR

En métro : lignes U9 et U1 station Kurfürstenstr et U2, S7, S5 station Zoologischer Garten

En bus : lignes 100 et 200, arrêt Breitscheidplatz.

A pied : depuis le KaDeWe, depuis le Zoo et avec un peu d’enthousiasme (et de fatigue) depuis la Colonne de la Victoire.

– Avec nous pendant la visite guidée privée en français BERLIN EN UN JOUR.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valider*