Appuyez sur 'Entrée' pour rechercher ou 'Esc' pour quitter
Le Mémorial du Mur de Berlin dans la Bernauerstrasse est un lieu historique.

Le Mémorial du Mur de Berlin

Le Mémorial du Mur de Berlin

Le Mémorial du Mur de Berlin dans la Bernauerstrasse est un lieu historique. ,

Le Mémorial du Mur de Berlin dans la Bernauerstrasse

Le Mémorial du Mur de Berlin (Gedenkstätte Berliner Mauer) est un lieu de mémoire rappelant la triste histoire de la division de la capitale à l’époque de la République Démocratique Allemande (RDA). Cette dernière avait ordonné dans les années 1960 la construction d’un « Mur de protection anti-fasciste » qui séparera Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant 28 ans.

Retrouvez l’histoire du Mur de Berlin, surnommé le « Mur de la honte » par les occidentaux, dans notre article « Le Mur de Berlin : le symbole de la Guerre Froide à Berlin ».

Depuis la réouverture des frontières en 1989, la plupart des 155km du Mur ont été démantelés et il en reste peu de morceaux à voir. Cependant, dans une rue du nom de Bernauerstrasse, à cheval entre les quartiers de Mitte (Berlin-Est) et de Wedding (Berlin-Ouest), une longue partie a été conservée.

Ici, mieux que n’importe où ailleurs, il est facile de prendre conscience du côté inhumain et absurde de la construction du Mur et de ses conséquences, en revivant l’histoire dramatique des événements de la Bernauerstrasse.

C’est en ce lieu que vous trouverez un des endroits les plus intéressants et didactiques vous expliquant la division de l’Allemagne: le Mémorial du Mur de Berlin.

LA CONSTRUCTION DU MÉMORIAL DU MUR DE BERLIN

Le Mémorial du Mur de Berlin est une exposition en plein air qui s’étend sur plus d’un kilomètre et se compose de plusieurs parties. Le mémorial est situé sur un lieu historique, à un endroit stratégique à la limite entre les anciens secteurs soviétique et français.

À cet emplacement se trouvait le no man’s land (« la terre sans homme »), que les Berlinois qualifiaient de « bande de la mort » (Todesstreifen), car c’est dans cette zone frontalière qu’avait été mis en place un dispositif de sécurité redoutable, responsable de la mort de nombreuses victimes ayant tenté de traverser la frontière d’Est en Ouest, matérialisée par le Mur de Berlin.

Suite à la réunification allemande en 1990, un concours a été organisé par la municipalité de Berlin pour concevoir un monument national aux victimes du Mur et en mémoire de la division de la ville. Le premier mémorial du Mur, composé de deux murs d’acier enserrant un morceau original du Mur de 70 mètres de long, est inauguré en 1998.

Il porte l’inscription suivante: « En mémoire de la division de la ville du 13 août 1961 au 9 novembre 1989 et des victimes de la tyrannie communiste ».

Au fil des ans, d’autres éléments viendront s’ajouter et compléter le mémorial:  un centre de documentation, une chapelle, un centre d’accueil pour les visiteurs, et enfin l’aménagement complet de la bande frontalière sous la forme d’un nouveau type de paysage commémoratif avec les vestiges originaux du Mur.

De part et d’autre du Mémorial du Mur se trouvent deux gares de voyageurs, qui ont connu un destin particulier du fait de leur présence à l’intérieur du no man’s land. En effet, le Mur en séparant la ville, coupa aussi en deux les transports publics de Berlin.

Certaines gares, du fait de leurs positions géographiques dans la zone frontalière, durent fermer : elles portèrent le nom de « gares fantômes » (Geisterbahnhöfe). Ce fut par exemple le cas de la gare du nord (S Nordbahnhof), dans laquelle une exposition permanente sur ce sujet est présentée actuellement.

LE CONCEPT ARCHITECTURAL DU MÉMORIAL DU MUR DE BERLIN

L’espace commémoratif nouvellement conçu s’organise autour de quatre zones thématiques qui traitent : du Mur et de la bande de la mort ; de la destruction de la ville ; de la construction du Mur et de la vie quotidienne du temps de la division de Berlin.

Ce parcours est agrémenté de bornes avec textes explicatifs, documents audios et photographies d’époque montrant notamment les événements tragiques qui ont eu lieu dans la Bernauerstrasse.

Des immeubles et édifices qui bordaient cette rue du côté de la zone Est de Berlin, il ne reste maintenant pas grand chose. En effet, dès les années 1960, la construction et l’amélioration consciencieuse et continue du Mur de Berlin, ainsi que du no man’s land qui l’entoure, nécessiteront de plus en plus d’espace et la physionomie de la ville en sera transformée.

En place du Mémorial du Mur, des bâtiments entiers furent voués à disparaître à jamais. Qu’il s’agisse d’habitations ou de lieux publics (église, cimetière…), la Bernauerstrasse est le symbole de l’atrocité et de la cruauté du Mur de Berlin.

Aujourd’hui, quelques uns de ces vestiges ont été déterrés et certaines des fondations des maisons qui s’y trouvaient, ou bien les traces du système de sécurité du no man’s land, sont exposés comme des reliques archéologiques.

Au sol, le tracé de l’emplacement des édifices détruits est matérialisé par des barres d’acier,  ce qui permet d’imaginer la configuration initiale de cette rue avant la construction du Mur.

Mais ce ne sont pas les seules marques présentes à terre dans ce Mémorial du Mur. Les localisations des tunnels sont aussi signifiées, relatant des tentatives d’évasion parfois spectaculaires, comme ce fût le cas pour le « Tunnel 57 » , qui permit à 57 personnes de franchir discrètement la frontière…sous terre.

Beaucoup de Berlinois de l’Est ont tenté de toutes les manières possibles et imaginables de traverser illégalement cette limite entre deux mondes qui avait transformé leurs destins. Et ce au péril de leur vie. Un très bel hommage à ces victimes du Mur est rendu par le biais de la « Fenêtre du souvenir ».

LE MÉMORIAL DU MUR DE BERLIN ET LE TRAVAIL DE MÉMOIRE DES VICTIMES : LA FENÊTRE DU SOUVENIR ET LA CHAPELLE DE LA RÉCONCILIATION

Dans la zone du mémorial consacrée au Mur et à la bande de la mort se trouve la « Fenêtre du souvenir » (Fenster des Gedenkens). Elle rend hommage aux victimes du Mur de Berlin qui ont été abattues ou sont mortes accidentellement en essayant de fuir le régime de la RDA.

Un portrait photographique noir et blanc, accompagné du nom suivi de la date de naissance et de décès de ces personnes, honore leur mémoire dans leur individualité qui leur a été dérobée dans la mort par l’État Est-allemand.

Parmi elles, un jeune garçon de 18 ans dont l’histoire deviendra tristement célèbre. Il s’agit de Peter Fechter, abattu en 1962 près du fameux poste frontière « Checkpoint Charlie« , véritable symbole de la Guerre Froide au centre de Berlin, situé à la limite entre les secteurs soviétique et américain.

Comme lui, plus d’une centaine d’allemands de l’Est tenteront de traverser, malgré les risques, les obstacles du Mur pendant ses longues années d’existence et trouveront la mort à Berlin .

Un peu plus loin, dans le segment du mémorial dédié à la destruction de la ville, la « chapelle de la Réconciliation » a été consacrée en 2000. Portant le même nom que l’église évangélique implantée autrefois á cet endroit, qui fut détruite par le gouvernement de la RDA, cette chapelle est devenue un lieu de mémoire et de recueillement destiné aux membres de la communauté et aux visiteurs.

Les victimes du Mur de Berlin y sont régulièrement commémorées.

LE CENTRE D’ACCUEIL DES VISITEURS ET LE CENTRE DE DOCUMENTATION DU MÉMORIAL DU MUR DE BERLI

Afin de compléter les informations présentées sur le site du Mémorial du Mur, il est possible de se rendre dans deux bâtiments adjacents : le centre d’accueil des visiteurs et le centre de documentation.

Le centre d’accueil des visiteurs, tout proche de la gare de la Nordbahnhof, permet d’obtenir des renseignements sur le Mémorial du Mur. Une librairie au rez-de-chaussée propose un choix varié d’ouvrages et documents en plusieurs langues (dont le français) sur la thématique du Mur de Berlin et de la division de l’Allemagne.

Au premier étage, une salle de projection offre la possibilité de visionner deux courts films (en anglais et en allemand), l’un résumant l’histoire du Mur et l’autre étant une animation retraçant une vue en 3D du no man’s land.

Un peu plus loin au milieu de la Bernauerstrasse, le centre de documentation du Mémorial du Mur propose une exposition très intéressante consacrée à l’histoire du partage de Berlin. L’accès à une plate-forme panoramique avec panneaux explicatifs offre la possibilité d’avoir une vue plongeante sur l’ensemble du Mémorial du Mur.

Cette observation sous un angle différent permet de concevoir d’un seul regard toute l’efficacité de l’appareil de sécurité du Mur de Berlin, et d’appréhender l’effrayante étendue de son système ingénieux, dont les conséquences sur la vie des Allemands se fait encore sentir à l’heure actuelle.

AUTRES LIEUX À VISITER AUX ENVIRONS DU MÉMORIAL DU MUR SI L’HISTOIRE DU MUR DE BERLIN VOUS INTERESSE

  • La vie quotidienne en RDA : une exposition gratuite à la Kulturbrauerei à Prenzlauer Berg.

  • Le Palais des larmes : Le « Tränenpalast » est l’ancien poste-frontière de la gare de la Friedrichstrasse transformé en musée.

  • Pour une vue d’ensemble des musées d’histoire et autres mémoriaux à visiter, nous vous renvoyons à notre article sur les musées à Berlin.

COMMENT SE RENDRE AU MEMORIAL DU MUR DE BERLIN DANS LA BERNAUERSTRASSE

Le Mémorial du Mur de Berlin est en libre accès toute l’année. Les centres d’accueil et de documentation sont ouverts tous les jours de 10h à 18h sauf le lundi.

– En métro: arrêt Bernauerstr. (U8) et Nordbahnhof (S1/S2/S26/S26);

– En tram: ligne M10 arrêts  Gedenkstätte Berliner Mauer ou Gare Nordbahnhof ;

– À pied: depuis le marché aux puces de Mauerpark;

– Avec notre VISITE QUOTIDIENNE DE BERLIN-EST en français qui vous emmène entre autre visiter le Mémorial du Mur de Berlin.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valider*